COVID-19 | Suite aux dernières mesures gouvernementales, le port du masque n'est plus obligatoire dans la majorité des endroits publics incluant L’École de danse, ainsi que la Maison pour la danse. Il sera donc possible de retirer le masque dans les couloirs, ainsi que lors des cours. Toutefois, si vous préférez maintenir le port du masque pour les cours restants de la session d'hiver des Cours grand public, il sera bien évidemment toujours possible de le garder. En savoir plus

L'école de danse de Québec

Misheel Ganbold

Oulan Bator, Mongolie

Née à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, Misheel a très vite eu le besoin d’exprimer et d’explorer son désir artistique. Elle débute le piano à l’âge de six ans et le pratique pendant une dizaine d’années de façon intensive. Ce premier contact avec l’art lui procure beaucoup d’émotions et devient une façon de vivre. Toute petite, Misheel fait plusieurs voyages au Canada et c’est en 2008 qu’elle s’y installe pour de bon. Elle prend un peu de temps pour se concentrer sur son intégration scolaire et sociale et décide, en deuxième année de secondaire, de passer une audition pour l’option danse du Collège Champigny. Sa rencontre avec la danse se fait là pour la première fois. La danse urbaine (Hip-Hop) est son premier vrai bagage. Elle se spécialise en popping et découvre petit à petit l’univers de la danse contemporaine. Ces deux ans en option danse accroissent son amour de la danse et la pousse à auditionner pour le DEC technique Danse-interprétation de L’École de danse de Québec. Elle débutera au Programme professionnel de mise à niveau (PPMN) et aura la chance, au fil de sa formation, de profiter de l’expérience de nombreux artistes et chorégraphes tels : Marc Boivin, Yvann Alexandre, Mélanie Demers, Lillian Barbeito, Benjamin Hatcher, Susanna Hood ou 605 collective. Misheel s’imprègne de tous les stages et ateliers auxquels elle participe, notamment ceux du Domaine Forget avec Rubberbandance Group ou la compagnie Ezdanza.

« La danse pour moi est un échange avec le commun des mortels et une communication avec l’au-delà »